Les bonnes résolutions 2011

Avec les derniers repas de fête digérés, début janvier marque le temps des bonnes résolutions pour l’année à venir. Les amateurs de vin d’Alsace trouveront dans les idées ci-dessous de quoi nourrir leur inspiration, les idées de début 2010  étant toujours valables…

Résolutions Alsace pour 2011 :

Les choses à ne plus faire :

  • Arrêter de penser au Crémant d’Alsace comme un Champagne au rabais, en espérant qu’un bon crémant puisse être meilleur qu’un mauvais champagne. Un mauvais champagne est un mauvais vin, point.
  • De même,  arrêter de penser qu’un médiocre riesling grand cru vendu peu cher puisse être un bon riesling générique. L’AOC Alsace mérite mieux que cela.
  • Ne plus juger un vin d’Alsace sur un simple équilibre compensatoire sucre/acidité, mais évaluer son harmonie en calant ses attentes sur le cépage et le terroir d’origine de chaque vin.
  • Arrêter de déguster les vins cépage par cépage chez un producteur, mais goûter les gammes génériques et variétales avant d’attaquer les vins de terroir, dégustés cru par cru. En particulier goûtez tous les vins du même grand cru ensemble quel que soit le cépage ou les mentions VT/SGN, plutôt que de noyer chaque vin au milieu des vins de cépage similaire.

Les bonnes habitudes à conserver :

  • Boire les vins d’Alsace à maturité, c’est à dire qu’en fonction de leur appellation et de leur millésime, certains seront optimum dans les 3 ans qui suivent la mie en bouteille, d’autres seront au top après 10 ans en cave. Ne pas conserver des vins qui ne le méritent pas est la sagesse du connaisseur.
  • Associer le crémant d’Alsace à un repas, plutôt que de le réserver à l’apéritif.
  • Consommer du Pinot Noir rosé alsacien en été, pour boire local et profiter de la souplesse des vins du millésime 2009.
  • Réunir les grands vins d’Alsace avec des grands vins d’ailleurs lors des repas de fête, pour bien comprendre leur qualité absolue.

Les découvertes à faire :

  • Aller visiter le vignoble loin de chez soi (au Nord pour les sudistes, et vice versa), rencontrer d’autres paysages, d’autres usages, et une autre culture.
  • Aller redécouvrir des domaines en pleine renaissance : oubliez ce qu’on vous en a dit ou ce que vous en avez jugé il y a 10 ans, et allez par exemple  faire un tour chez Klipfel, Dopff au Moulin, à la Cave de Beblenheim, vous y goûterez certaine quelques belles choses.
  • Associer les grands vins moelleux et liquoreux à table, et laisser la profondeur de leur terroir créer des accords extraordinaires. Les accords de la gastronomie sont le fait de grands terroirs, pas d’un niveau de sucre résiduel.

Et bien entendu :

  • S’abonner au site oenoalsace.com pour améliorer ses connaissances et découvrir de nouveaux vins, légers et faciles à boire ou de grande garde pour la naissance du petit dernier.
  • Consommer du vin d’Alsace avec modération pour au final pouvoir en boire plus longtemps !

Bonne année et bonne santé à tous les lecteurs du site de l’Oenothèque Alsace !

Thierry Meyer