Schlumberger déclasse ses Grands Crus 2003

La maison Schlumberger a annoncé dans sa newsletter d'automne 2005 avoir déclassé ses grands crus dans le millésme 2003, à l'exception du Gewurztraminer GC Kitterlé 2003. La maison qui dispose d'un vignoble de 140 ha dont la moitié en Grand Cru a décidé d'inclure les différents cépages dans la gamme générique "Princes Abbés".

Stéphane Chaise, Directeur Général, précise que "Tous les Grands Crus que nous avons produit en 2003 ont reçu l'agrément de la Commission Régionale de Classement et pouvaient  donc être vendus sous l'appellation "Grand Cru". Cependant, soucieux de conserver à ces grans vins un potentiel de garde auquel nos fidèles clients sont habitués, il nous est apparu necessaire de ne pas les décevoir en mettant sur le marché des vins qui n'atteignaient pas totalement les standards de qualité très exigeants que nous nous sommes fixés et que notre clientèle attend de nous".

Du coup, la gamme "Princes Abbés" se retrouve enrichie avec des vins de noble origine, et celà permet en outre de compléter les volumes d'une faible récolte dont les rendements avaient été parfois réduits de 40%.

Le Riesling Vent d'Est 2003 reste donc (avec le Gewurztraminer GC Kitterlé 2003) un des seuls vins de terroir dans ce millésime, et pourrait constituer à mon avis la bonne affaire compte tenu de son exceptionnel rapport qualité prix. Pour le moment, les Grands Crus 2001 et 2002 sont encore à la vente avec en particulier l'apparition des Riesling Kitterlé 2001 et Saering 2002 de toute beauté. Le très grand millésime 2004 prendra la suite de manière naturelle.

Cette décision est cohérente avec les efforts et le bond qualitatif enregistrés depuis 4-5 ans. Le domaine cultive depuis 2004 60% de ses surfaces en culture biologique, et respecte la charte TYFLO de lutte raisonnée pour les 40 autres pourcents. Un nouveau vendangeoir a en outre été mis en place à l'été 2005

Les résultats sont là pour confirmer que ces efforts portent leurs fruits. Les grands crus produits depuis 1999 sont de très haut niveaux, et les cuvées Prince Abbés gagnent en régularité, créant une qualité de plus en plus homogène. Comme Séverine Beydon-Schlumberger annonçait récemment dans la presse qu'elle désirait que le domaine conserve des prix sages pour rester accessible, il y a de quoi se réjouir de voir un domaine largement distribué en Europe proposer une gamme de vins à la fois de très haute qualité, disponibles en quantité et à un bon prix.

Laurent Rohrbach (Chef de Culture) et Alain Freyburger (Maître de Chais) ont de belles années devant eux !

Thierry