Pinot Gris du Monde : les résultats

Suite à aux éditions Riesling organisées depuis quelques années, le premier concours des pinot gris du monde a eu lieu le 15 mai dernier à Strasbourg. Les résultats viennent d'être publiés sur le web. La dégustation des 350 vins présentés était possible après la sélection, et j'avais trouvé que les allemands maitrisaient parfaitement les sélections de grains nobles, avec des concentrations qui rejoignaient souvent celles de l'élite alsacienne très peu représentée dans ce concours (pas de Humbrecht/ Deiss/ Faller/ Mann/ Josmeyer/ Hugel/ Barmes-Buecher/ Tempé dans ce concours).

J'ai participé au jury dans un groupe qui a goûté des PG génériques 2004. Sur 15 flacons, un seul présentait un défaut, un autre de légères notes de champignon, sinon tous les vins étaient de bonne pureté. Les vins les moins bien notés avaient des matières insuffisamment concentrées, ou des doses de sucre résiduel trop élevées pour la concentration et l'acidité du vin. Les vins sélectionnés (comme le Pinot Gris Breiterberg 2004 de Jean-Mari Haag, Médaille d'or) combinaient un nez fin de bonne intensité avec une bouche équilibrée, minérale et harmonieuse, soutenue par une acidité fondue, beaucoup de gras et une bonne longueur en finale.

Les caves coopératives sortent à nouveau du lot avec de nombreuses médailles. La variété de leurs approvisionnement leur permettent de créer des cuvées particulières réalisées avec les meilleurs raisins, cuvées qu'on retrouve dans ce classement.

Il y aura toujours des irréductibles obstinés pour penser que de tels concours ne sont pas utiles à cause du facteur aléatoire du résultat lié à une grande diversité de jurys (plus de 150 personnes sur 25 tables, d'origines diverses, ca crée de la diversité), mais il n'en reste pas moins que les vins primés sont bons, et que le concours aura permis de se rendre compte de la diversité de la production alsacienne et étrangère. Un exercice sain pour la profession.

Thierry Meyer